Vers

Bien sur tu voudrais être un oiseau

Déployer tes ailes

Te laisser porter

par un vent favorable

Le vent de la liberté

vers d’infinis horizons

Mais saurais-tu sur quelle branche

poser ton petit corps épuisé?

Quelle écorce picorer, quelle fruit avaler?

Saurais-tu où migrer la saison venue?

Saurais-tu faire un nid

pour couver la coquille

de l’oiselet nouveau?

L’oisillon affamé de cette liberté

dont il ne te resterait plus

que quelques vers inégaux

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *