Le sommeil du lys

Derrière les rideaux

l’ennui des pièces vides

Dans le vieux manoir

les poutres craquent

en échos débordant d’ivresse

Sur les murs, que des rides

de brique et de papier

Plus un meuble où s’asseoir

pour y bercer le soir

Seul un lit se repose

Sur lui, doucement s’immisce

le souvenir des roses

et le spectre du Lys

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *