Gelé

Il en a coulé de l’eau

sous les pompons de l’enfance

Les larmes ont givré les rêves

L’hiver les a concassés

ajoutés à son obscure dessein

Les échos crispés d’espoirs lointains

gelés à jamais d’une oreille à l’autre

Halètements saccadés d’un souffle ébahit

Coeur figé dans son étonnement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *