mon sourire

lacéré maintes fois

par les glaives glacés

d’horribles dérobades

mon sourire

s’est remis à danser

au chant de l’aube

quand un œil a pointé

sur l’horizon de ta poitrine

mon sourire

tes hanches, ton ventre

et tes flancs braqués

sur moi, moi

de genoux et d’avant-bras

aux épaules et aux chevilles

ta nuque et quelques doigts

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *