INERTE

les demi-silences

de la porte entr’ouverte

m’ont laissé voir et surprendre

le ronflement de ton rêve

 

un soupir prophétique

une sorte de trêve

a baissé ses yeux immenses

au gonflement de tes membres

 

j’ai promis des danses

fortes comme la cendre

pour caresser l’âme inerte

de ta nuit follement brève

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *