Pour y renaître

À l’orée de ton coeur
mon regard repère
le sentier sinueux
d’où les fée ricanent

Happé par les tons
débordant de vert
ma pudeur se mêle
à ta chaleur ambiante

Dans le sous-bois de toi
mes doigts vont baignants
pour y renaître émoi
dans la sève et le sang