Une foi

douceur grégorienne

dans l’espace inodore

avec la force austère

des pierres mystiques

prend les formes fermes

des prières que j’adore

pour que la musique musique

pour le monastère torse nu

 

chant de l’instant recueilli

pour l’écho qui s’endort

sur l’oreiller de bois

près des fenêtres à l’affût

de l’aube qui ne pointe

que pour la rosée de soie

pour la faire éclore

une fois de plus